Accueil du siteLe suivi sanitaireDossiers maladiesLes maladies
Varroa : une vidéo
vendredi 19 janvier 2007
par David
popularité : 2%
Pour les anglophobes, le sous titrage de cette intéressante vidéo en anglais.

Cette très intéressante vidéo trouvée sur google.vidéo a été réalisée par Jeff Harris, de l’ARS-USDA, organisme de recherche apicole du département d’agriculture US.

C’est en anglais et Jeff Harris parle vite sans trop articuler, c’est pourquoi j’ai essayé de traduire pour vous. La traduction n’est pas littérale, lorsque j’ai mis un point d’interrogation, c’est que je ne suis pas sûr de la traduction ou que le terme employé par Jeff Harris, qui parfois hésite, soit exact. A chaque séquence correspond le minutage approximatif, pour vous y retrouver.



En route :



00 : 00 Cette vidéo décrit le cycle de l’abeille et celui du varroa. Commençons par l’œuf de l’abeille. L’ouvrière existe pour les trois premiers jours de sa vie sous forme d’un œuf. La reine pond environ 1500 œufs par jour.

00 :19 Vers le troisième jours, l’œuf éclôt pour donner la petite larve que vous pouvez voir ici. L’abeille va exister pendant les quelques jours suivant sous forme de larve, généralement jusqu’au 7ème jour ½. Les nourrices vont nourrir ces larves et …

00 :34 …vous pouvez voir la larve entourée de gelée royale. La larve continue à manger manger manger et grossit. Un point très important concernant le varroa, que nous aborderons plus tard, est qu’il doit pénétrer dans la cellule avant qu’elle ne soit operculée.



00 : 48 De nouveau vous pouvez voir une larve. Cette larve correspond à un âge de 4 à 5 jours.



00 : 55 C’est le moment où le varroa pénètre à l’intérieur de la cellule. A ce stade la larve occupe toute l’alvéole le varroa se faufile entre la larve et la paroi de l’alvéole et s’enfouit dans la nourriture du couvain (au fond de l’alvéole).

01 : 09 Dans les 15 heures qui suivent ce stade, les nourrices referment l’alvéole. Dans la séquence suivante, vous pouvez voir les cellules de couvain complètement operculées. A partir de ce moment, le varroa est enfermé dans la cellule. A partir de l’operculation, la larve continue son développement et se transforme dans les 24 premières heures en prépupe…



01 : 36 … que vous pouvez voir ici. Pendant cette transformation, la larve tisse son cocon et perd son enveloppe larvaire pour devenir cette prépupe.

01 : 48 La séquence suivante montre un individu d’environ 24 heures de plus. Il s’agit d’un individu âgé de 12 jours, ce stade est appelé pupe aux yeux blancs.



01 : 56 Celle-ci, vers le 13ème jour, est une pupe aux yeux roses.

2 : 05 C’est le début du 14ème jour, ce stade s’appelle pupe aux yeux pourpres et dans les prochaines séquences les principaux changements qui suivent concernent la couleur de la cuticule.



2 : 09 En particulier et en premier vers la région de la " bouche " – suit une précision que je n’ai pas compris.

2 : 23 Cette pupe est âgée d’environ 14 jours. Le corps a une apparence uniformément gris terne et vous pouvez voir des mouvements des pattes – suit une précision que je n’ai pas compris.

2 : 36 Il s’agit à peu près du 18ème jour. Il s’agit du stade aux yeux noirs, le corps a une apparence blanchâtre luisante.

2 : 45 Finalement, environ 19ème jour ½ après la ponte de l’œuf, l’ouvrière ronge son opercule. Les parasites à l’intérieur de la cellule sont libérés à ce moment, sortant de la cellule avec l’abeille. Voilà, il s’agit du cycle de l’abeille.

3 : 04 Voyons maintenant le cycle du varroa. Rappelez vous, la femelle varroa doit entrer dans la cellule 15 à 20 heures avant qu’elle soit operculée. Soit grossièrement, dans la cellule d’une larve …

3 : 16 … correspondant à cette apparence.

3 : 20 Le varroa court rapidement vers le fond de l’alvéole entre la paroi et le corps de la larve et s’enfouit dans la gelée royale et la nourriture du couvain qui reste au fond de l’alvéole. Il reste ainsi tapis dans la nourriture de la larve, respirant dans la gelée grâce à des tubes respiratoires.



3 : 32 La larve d’abeille se nourrit et finit progressivement sa réserve de nourriture au fond de l’alvéole et libère la femelle varroa qui va procéder à son premier repas d’hémolymphe sur la prépupe. Généralement, ce repas commence vers le 9 ou 10ème de développement de l’abeille et c’est à ce moment que la femelle pond ses premiers œufs.

3 : 57 et c’est le premier œuf de varroa que nous voyons ici, sur la partie haute de la paroi de l’alvéole. L’autre chose que vous voyez dans la cellule, immédiatement sous l’œuf, est une masse blanche : la mue (l’exuvie) que la prépupe a perdu pendant la métamorphose. Ce premier œuf de varroa est un œuf de mâle. La femelle pond à partir de la 30ème heure ( ?), les œufs suivants seront des œufs de femelles. Cette séquence est volontairement longue car je veux vous montrer un élément important qui sert à la détection de la varroase. Les varroas défèquent fréquemment sur les parois de l’alvéole et leur fèces ont une apparence blanche. Vous pouvez voir dans cette séquence un varroa déféquer. Juste là (4.44), vous voyez un mouvement dorsoventral de l’abdomen du varroa et un liquide blanchâtre être expulsé : une déjection de varroa.



v 4 : 51 Cet œuf, le premier œuf pondu éclôt vers le 12ème jour de développement de l’abeille et ici, en regardant cette pupe, vous pouvez voir des taches blanches sur la paroi de l’alvéole, vers la " bouche " de la pupe : des fèces séchés de varroa. C’est la preuve formelle que cette pupe est parasitée par le varroa.

5 : 08 Bien, retirons cette pupe, vous pouvez souvent voir également des fèces sur le corps de la pupe.



5 : 18 Nous retournons cette pupe. Nous observons une larve de varroa mâle sur la face ventrale de la pupe, cette petite larve, c’est une protonymphe. A ce stade de développement, il est très difficile de distinguer les larves de varroa mâles et femelles.

5 : 34 Zoomons sur ce mâle pour voir plus de détails – suit une précision que je n’ai pas comprise.



5 : 43 Examinons notre famille de varroa plus tard au cours de leur développement, vers le 14ème jour de développement de l’abeille.

5 : 49 Quand je retire cette pupe, vous voyez en bas de l’écran la femelle fondatrice ainsi que 5 larves blanches. De nouveau, il est très difficile à ce stade de développement de distinguer mâles et femelles.

6 :08 Je retire cette famille pour la placer sur la lame d’une loupe binoculaire et je vais essayer de vous montrer un mâle et une femelle.

6 :15 A gauche le mâle (flèche) à droite (flèche) la femelle.



6 :25 Ce mâle est une jeune deutonymphe. Bien qu’il n’ait l’air d "avoir que trois paires de pattes, il en a quatre.

6 :37 C’est la femelle, elle a une forme plus ovale à ce stade de développement. C’est une protonymphe.

6 :47 Jetons un œil à une famille de varroa un peu plus âgée, vers le 16ème jour de développement de l’abeille.

6 :51 et ce que vous voyez ici est une jeune deutonymphe femelle, sa forme a tendance à évoluer vers la forme ovale aplatie de la femelle adulte. En haut je viens de placer un mâle adulte. Comme vous voyez il a une couleur terne. Un des éléments qui permet de les distinguer, outre la forme et la taille, c’est la façon d’utiliser la première paire de pattes. La première paire de patte du mâle a tendance à être utilisée comme une paire d’antenne, dans un mouvement très rapide. Cette paire est utiliser pour transférer le sperme lors de la copulation avec la femelle.

7 : 32 A un stade de développement de l’abeille encore plus avancé, vous pouvez voir un amas importante de fèces sur la paroi devant la nymphe, indiquant une famille importante de varroa.

7 :39 dans cette séquence, vous pouvez observer une copulation entre le progéniture de la femelle fondatrice. Quand je retire la pupe d’abeille, nous trouvons la famille de varroa : une femelle fondatrice en bas à gauche et deux filles adultes, orange rougeâtre, qui courent sur les côtés. Au fond de l’alvéole, vous voyez une femelle adulte en train de copuler avec son frère dans une position inhabituelle : ils sont tombés au fond de l’alvéole quand j’ai retiré la pupe d’abeille. Cette position n’est pas la position habituelle. L’élément suivant (flèche) est une mue de deutonymphe . Lors de la mue imaginale, ou elles deviennent un adulte elles perdent leur cocon ( ?). Nous pouvons voir deux parties de cocon ( ?) ouvertes au fond de la cellule.

8 :24 Un peu plus tard, les varroas s’accouplant se sont redressés et sont retournés à leur position normale de copulation sur la paroi de l’alvéole. La femelle se tient immobile, la troisième et quatrième paire de pattes écartées l’une de l’autre et le mâle transfère son sperme en utilisant ses pattes. Si une femelle n’est pas fécondée à ce moment, elle ne pourra plus l’être de sa vie : il s’agit d’une période critique pour le parasite.

8 :45 Une autre famille. Vous pouvez voir de gros débris de mue de la pupe ainsi que des mues de varroa : la plus grosse est une de femelle (qui l’a perdue en devenant adulte), la plus petite, de mâle.



8 :56 Finalement, l’abeille ronge son opercule et sort de l’alvéole vers le 19ème jour ½ , ainsi que la femelle fondatrice et ses filles matures. Si le varroa a de la chance, au moins une fille mature sort, la moyenne étant de 1,1 femelles matures.

9 :20 Le reste meurt au fond de l’alvéole. Dans cette séquence, nous voyons un cadavre de mâle (flèche) ainsi qu’un cadavre de femelle (flèche) en bas de la cellule parmi des débris de mue d’abeille.



9 :30 Parfois les varroas se font piéger entre le cocon tissé par l’abeille et la paroi de l’alvéole, c’est ce que vous voyez ici (flèche), nous appelons cela " enterré " (entombed ?) par le cocon.

9 :42 Je retire le colon de l’alvéole, vous pouvez voire l’empreinte du varroa sur le cocon.

9 :48 Et voici le varroa qui était sous le cocon. Ce phénomène est rare généralement mais nous possédons des souches d’abeilles résistantes chez qui cette fréquence est de 80 à 100 % ( ?), ce qui pourrait être un mécanisme de résistance très important.

10 :02 Dans cette séquence, vous pouvez voir une plaie de nourrissent sur le corps d’une nymphe d’abeille, je dirais, en haut à gauche de l’abeille ( ?).

10 :16 Enfin une dernière séquence pour vous montrer la façon dont nous marquons les varroas pour le besoins de nos expériences, de façon à pouvoir suivre individuellement leur comportement.

 

Répondre à cet article